RETOUR VERS / BACK TO
ACCUEIL / HOME
BAT-GALLERY COMICS GALLERY FONDS D'ECRAN KING SIZE
TOP TEN FAN ART GALLERY BAT-LIENS BAT-MAIL
BATMAN QUIZ
 
BATMAN EN FRANCE
Un grand merci à Christophe CROMPIN pour sa relecture.

 

 

Question: Comment expliquez-vous le succès tout relatif de Batman en France?

Réponse: Question beaucoup trop vaste pour y répondre ici d'une manière exhaustive. Mais enfin tentons un début de réponse. Tout d'abord il faut du temps pour imposer un héros et son univers.

_  Mais Batman fit sa première apparition autour de 1940 dans des hebdos comme "l'Astucieux" ou encore "Grandes Aventures"

_  Oui. Les héros DC comics furent très rapidement publiés en France et avec grand succès! Superman, Batman ou encore le Captain Marvel de DC eurent à cette époque des tirages de près de 300 000 exemplaires! Certaines sources donnent tout du moins ce chiffre.

_ C'est énorme! Je crois savoir aussi que Batman fut publié dans les revues Tarzan et Supplément à Tarzan?...

_  Et toujours autour des années 45 / 50. Ce qu'il faut savoir aussi c'est qu'à cette époque le Batman n'était pas publié sous son nom. Par exemple dans l'Astucieux la série portait le titre "Les ailes rouges" et pour l'occasion Les capes de Batman et Robin furent recolorées en... rouge! Dans "Grandes aventures" la série était publiée sous le titre "Le Justicier". Dans les Tarzan ce fut sous le titre "La chauve-souris". Superman fut lui aussi débaptisé à une époque pour prendre le nom de Yordi, ou quelque chose comme ça... Et Robin fut quant à lui baptisé: le petit page...

_ Comment alors expliquer la nette différence de notoriété entre les héros DC et ceux de Marvel? Batman avait plus de 20 ans de présence en France quand Marvel et ses héros arrivèrent!

_ Bien longtemps l'édition se servit de Batman plutôt qu'elle le servit. Batman dut attendre les années 80 pour obtenir une édition soignée. Alors que Lug proposait ses super-héros tout en couleurs et pour les fantastiques dans une édition grand format; Sagédition  n'offrait que la moitié de sa pagination en couleurs et cela pour un prix bien souvent supérieur. Lorsque vous êtes un gosse, votre pouvoir d'achat est souvent réduit. De fait il vous faut faire des choix. Et Strange c'était aussi des super-héros, et pas des moindre: X-men, Spiderman, etc. La crème des éditions Marvel. Autre avantage de Lug sur Sagédition: le courrier des lecteurs. Cette rubrique créait chez le lecteur un sentiment d'appartenance à une communauté. Que ce lien fut réel ou non, peu importe.  Les lecteurs de Spiderman avaient un lien entre eux. Les lecteurs de Batman étaient isolés.

_ Ce que vous dites était valable dans les années 70 et 80. Aujourd'hui il y a Internet et Batman bénéficie de belles éditions. Comics USA, entre autre, a fait du très beau travail. Semic, depuis une dizaine d'années, propose également des éditions soignées de l'univers de DC Comics.

_ Je ne reviens pas aux années 70 par simple nostalgie mais parce que l'entrée d'un personnage dans la culture populaire et l'imaginaire collectif prend du temps, beaucoup de temps.

_ Aujourd'hui presque tout le monde connaît Batman. Sa notoriété est un fait avéré.

_ Il faudrait aussi parler du problème d'exposition des héros de comics sur les lieux de vente. Excepté les librairies spécialisées, rares par définition, cette exposition est fort réduite. J'ai même vu dans certaines maison de la presse les comics, et entre autre les Batman et Superman, placé au même niveau que les revues pour adultes. C'est-à-dire tout en haut des présentoirs!  Aujourd'hui encore seul ceux qui cherchent des comics les trouvent. 

_ Comment cela?

_ Lorsque vous faites vos courses dans un supermarché et que vous passez dans le rayon bandes dessinées, vous vous trouvez en face de centaines de BD. Combien de comics parmi elles?… Que nous le voulions ou non, que cela nous plaise ou pas, l'entrée dans la culture populaire passe aussi par l'entrée dans les supermarchés. Et les comics traînent encore la réputation de sous-bandes dessinées... Les mots culture et comics semblent chez nous être encore des frères ennemis. Et pourtant les comics sont à la fois un témoignage socio-culturel et de la pure distraction.

 

Pascal Le Bris, janvier 2004.

votre avis

 

Index des articles     Articles suivant

* * *